Docteur Georges PICHEROT

  • Praticien Hospitalier, Pédiatre, ancien chef de service de la Clinique Médicale Pédiatrique – CHU Nantes et Coordonnateur médical de la Maison des Adolescents
  • Représentant de la Société Française de Pédiatrie à l’Observatoire Nationale de la Protection de l’Enfance

“La création de la Société Française de Pédiatrie Médico-légale a été pour moi un grand événement de l’année 2016. J’ai été très heureux d’être associé à cette création en tant que membre d’honneur.
L’intérêt de cette société est de réunir les compétences médico-légales et pédiatriques pour répondre au mieux aux situations dont la spécificité majeure est l’âge de l’enfant. Plus de quarante années d’expérience pédiatrique hospitalière m’amènent à privilégier toujours la démarche interdisciplinaire pour dépasser les habitudes autoréférentielles qui aboutissent souvent aux échecs. C’est particulièrement le cas pour tout ce qui touche à la protection de l’enfance. Comment imaginer obtenir une réponse autorisée et exploitable par exemple à une expertise sans que l’expert soit un spécialiste de la médecine de l’enfant capable par son examen de distinguer les signes cliniques extrêmement complexes qui permettent la mise en route d’une protection via la démarche juridique ? Comment imaginer qu’un spécialiste de médecine de l’enfant puisse répondre à cette demande sans formation très approfondie à la Médecine Légale ? On a pu se contenter par le passé de démarches séparées mais il faut bien dire que nombre de dossiers ont été mal gérés et ont abouti à une insatisfaction française sur la démarche de protection de l’enfance et à des parcours sur-traumatiques.
La nouvelle Société prendra place dans les sociétés savantes. Pour nous pédiatres, la référence est la Société Française de Pédiatrie (SFP). Comme elle la SFMLP aura, je l’espère, différents rôles indispensables :

  • Réunir les Médecins qui ont une activité de Médecine Légale Pédiatrique,
  • Participer à la formation médicale initiale et continue dans ce domaine,
  • Promouvoir la Recherche dans cette spécialité,
  • Participer aux instances de réflexion nationale sur la spécificité de l’enfant dans les domaines médico-légaux,
  • Répertorier les compétences dans ce domaine.

Je vois la création de la SFPML comme une excellente nouvelle qui permettra par sa vraie démarche interdisciplinaire d’améliorer les prises en charge des enfants.”